Le camp de concentration de Natzweiler se déplace vers le Neckar

Le développement du camp de concentration de Natzweiler 1941-1944

Zeichnung Abbau rosa Granit im KZ Natzweiler-Strutthof
Extraction de granit rose dans la carrière du camp de concentration de Natzweiler.
Dessin de Rudolf Naess, reproduction: CERD

Le camp de concentration de Natzweiler-Struthof fut créé en mai 1941 dans une localité à 800 mètres d’altitude dans les Vosges, où du granit rose avait été découvert. En 1940, l’Alsace avait été annexée à l’Allemagne nazie et appartenait donc au Reich. Natzweiler-Struthof faisait partie du groupe des 21 camps principaux (« Stammlager »), au même titre que les camps de Dachau, Buchenwald ou Mauthausen.

Au début vivaient seulement quelques centaines de détenus à Natzweiler. Puis, dans la seconde moitié de la guerre, toujours plus de camps annexes furent créés et le nombre de prisonniers qui portaient le numéro matricule de Natzweiler augmenta de manière exponentielle. En 1944, on comptait 50 camps annexes appartenant à Natzweiler, situés sur les deux rives du Rhin et parmi lesquels se trouvaient tous les camps du complexe concentrationnaire du Neckar.

Les détenus des camps de concentration des camps annexes travaillaient directement aux lieux d'implantation de l'industrie allemande: pour les entreprises SS, pour les usines d’armement, pour les aéroports militaires et dans les exploitations de schiste bitumeux. Ils étaient employés la plupart du temps comme « prisonniers constructeurs » (« Bauhäftlinge »), c’est-à-dire qu’ils ne travaillaient pas directement dans la production.

La fermeture des camps de concentration sur la rive gauche du Rhin, en 1944

Carte: Arno Huth, Lieu de Mémoire de Neckarelz Graphique : Antoine Robaglia

Devant l’avancée des forces alliées, les commandants SS ordonnèrent, en septembre 1944, l’évacuation du camp principal situé dans les Vosges. Les 6.000 déportés qui s’y trouvaient furent transportés dans le camp de Dachau.

 Les camps satellites qui se trouvaient du côté gauche du Rhin furent également fermés: de septembre jusqu’à novembre 1944, les officiers SS déplacèrent 6.500 détenus de ces camps jusqu’à Dachau, Buchenwald, etc. ainsi que dans les camps annexes de Natzweiler, situés sur la rive droite du Rhin. La SS ouvrit en même temps 20 autres camps satellites dans le Bade et dans le Wurtemberg. Sur la carte ci-jointe, les nouveaux camps sont marqués en jaune et ceux déjà existants en noir.

 Lors d’une phase de transition, de septembre à novembre 1944, le commandant Fritz Hartjenstein et une partie de l’administration restèrent à Natzweiler-Struthof, alors que d’autres secteurs furent provisoirement déplacés dans le camp de Dachau ou furent gérés dans des camps satellites. L’administration postale fut par exemple déplacée à Neckarelz.

Transfert de la kommandantur vers Guttenbach et Binau

Le 22 novembre 1944, la SS abandonna définitivement le camp de Natzweiler-Struthof avec les 16 prisonniers qui y restaient. La kommandantur ainsi que la section politique (par exemple: espionnage et défense) furent transférées à Guttenbach dans la vallée du Neckar, en face de Neckargerach. Quant au bureau administratif SS, il se déplaça à Binau et le service des transports SS à Neunkirchen.

Par ces mesures, le commandant Hartjenstein cherchait à s’approcher du complexe concentrationnaire de Neckarelz qui fonctionnait encore. À partir de ce moment-là, le « camp de concentration de Natzweiler » dont le lieu géographique n’existait plus en tant que camp, fut géré dans les villages de Guttenbach et Binau. Le nom continua à être utilisé en administration.
Ainsi, le complexe « Natzweiler » comprenait en janvier 1945 encore 33 camps annexes (sur la rive droite du Rhin) avec 22.500 détenus, parmi lesquels se trouvaient environ 1.000 femmes juives.


La fin du "camp de concentration de Natzweiler" au printemps 1945

Carte: Arno Huth, Lieu de Mémoire de Neckarelz Graphique : Antoine Robaglia

Le taux de mortalité dans les camps annexes qui existaient encore augmenta à partir de l’automne 1944. La situation s’aggrava particulièrement durant l’hiver 1944/45. Les conditions alimentèrent empirèrent ultérieurement à cause de la guerre et de la dureté de l’hiver. Il devint toujours plus difficile de gérer le système des camps satellites, qui d’une part s’élargissait mais d’autre part commençait à s’écrouler.

Finalement le complexe du « camp de Natzweiler » cessa d’exister entre mars et avril 1945. Les SS ordonnèrent aux détenus de monter dans des trains ou ils les contraignirent aux « marches de la mort » jusqu’à Dachau, Buchenwald, Bergen-Belsen et en direction des Alpes. Il est possible de suivre les mouvements des prisonniers avec l’indication de leur nombre sur la carte (qui peut être agrandie) à gauche. Des milliers d’hommes moururent lors des dernières semaines de la guerre.

 On peut ainsi parler d’une « double fin » du complexe de Natzweiler : en automne 1944 sur la rive gauche du Rhin, au printemps 1945 sur la rive droite.